Aller au menu Aller au contenu
Edition #25

Bien utilisée, une architecture simple en brique résiste bien aux intempéries et requiert peu d’entretien.

Russell Jones

Russell Jones
Défiler vers le bas
Russell Jones
©Russell Jones

ESPACE ET AMÉNAGEMENT URBAIN

En 1993, Russel Jones créait à Londres un studio devenu célèbre pour son architecture et son design raffinés. Avec une petite équipe dédiée, le studio a ensuite réalisé des projets dans le monde entier. Dans cet entretien, il explique comment une architecture contemporaine raffinée peut coexister avec un parc de bâtiments traditionnel, en utilisant de manière optimale l’espace urbain, et comment des projets d’insertion urbaine peuvent revaloriser une rue ou un quartier tout entiers.

À Londres, où se situent vos bureaux, comme dans toutes les villes européennes, l’espace urbain est plutôt restreint. Comment faire le meilleur usage possible des rares espaces disponibles ?

En théorie, il pourrait être facile d’utiliser un espace qui se raréfie. Mais à Londres, le processus entier peut s’avérer relativement fastidieux. Le problème n’est pas tant le manque d’imagination des architectes, mais plutôt les restrictions fixées par la politique de planification urbaine, les compétences individuelles des planificateurs et le système de planification d’un site donné.

Au regard du problème de densification des zones urbaines, comment est-il possible de réutiliser ou de revaloriser des bâtiments existants ?

Même si nos projets consistent parfois à adapter et à valoriser des bâtiments existants, notre principal objectif est aujourd’hui de rechercher des terrains résiduels et des sites reculés afin de les exploiter de manière créative et appropriée pour y construire de nouveaux logements. Dans certains cas, nous sommes nous-mêmes les instigateurs de ces projets et approchons les promoteurs ; dans d’autres, des promoteurs avant-gardistes viennent à nous dans le but de consolider ces sites.

Même s’il est possible d’y envisager de belles réussites, les planificateurs locaux restent parfois sceptiques vis-à-vis de ce genre de projets immobiliers et préfèrent, malheureusement, laisser le terrain à l’abandon. La situation s’améliore lentement à Londres. Toutefois, le Royaume-Uni est un peu à la traîne derrière des pays européens aux idées plus progressistes où le développement réfléchi, responsable et bien conçu fait – et a toujours fait – partie intégrante du développement continu du tissu urbain.

Single-family house with courtyard Mews House in London United Kingdom Russell Jones Architects
© Rory Gardiner

Est-il plutôt habituel ou plutôt exceptionnel que les particuliers fassent appel à des architectes ? La plupart des projets ne sont-ils pas commandés par des promoteurs ?

La réponse dépend généralement du contexte. Pour répondre à cette question, je vais parler de Londres où je travaille assez fréquemment et où les approches sont assez variées. Dans le cadre d’un projet de grande envergure, le promoteur peut faire appel à un architecte ou à un urbaniste pour créer le plan directeur. Plusieurs architectes peuvent ensuite être invités à proposer des projets individuels en vue de consolider un quartier. Cette approche est assez courante. Dans certains cas, les promoteurs privés travaillent avec les autorités locales, les équipes de concepteurs étant intégralement désignées par une mise en concurrence ou un appel d’offres. Nous participons généralement à des projets de moindre envergure sur des sites reculés dont la viabilité ne serait même pas envisagée par certains promoteurs. Dans ce genre de situations, nous sommes souvent amenés à créer quelque chose de spécial, à sortir des sentiers battus.


Quels sont les difficultés et les éléments à prendre en compte lorsque l’on travaille sur un projet avec un espace aussi restreint ?

La première difficulté consiste à convaincre les autorités de soutenir un tel projet. Il faut parvenir à leur prouver que l’ouvrage contribuera à l’amélioration à long terme du paysage dans lequel nous intervenons. Nous devons également convaincre les clients de penser sur le long terme, les encourager à bien construire, quand de nombreux promoteurs à Londres se contentent simplement de construire au moins cher possible, sans aucune fierté pour le résultat. La résistance aux intempéries, l’entretien et la longévité ne font pas partie des priorités dans le paysage urbain du Royaume-Uni. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles nous construisons avec de la brique au Royaume-Uni. Bien utilisée, une architecture simple en brique résiste bien aux intempéries et requiert peu d’entretien.

Certains petits promoteurs sont conscients du fait qu’ils doivent agir de façon responsable vis-à-vis du contexte urbain et réalisent uniquement ce qui pourra apporter une réelle amélioration au site. Nous travaillons volontiers avec ceux qui préfèrent aménager les quartiers de façon progressive et soignée. Dans ce contexte, l’influence des promoteurs peut jouer un rôle capital. Si le travail est de bonne qualité, il peut représenter un second souffle pour le quartier et la communauté locale. À certains endroits où nous avons travaillé, d’autres promoteurs tirent profit de ce regain d’enthousiasme en rajeunissant et en améliorant le parc immobilier environnant.

modern white bick facade terrace glass detail view Mews House
© Rory Gardiner
modern white bick facade terrace glass detail view Mews House
© Rory Gardiner

Comment l’architecture peut-elle revaloriser tout un secteur ou toute une rue ?

Nous avons l’ambition de nous intéresser à la vie de nos clients, d’en faire partie et de l’améliorer. Lorsque l’un de nos projets parfait un alignement de maisons ou amorce la consolidation d’un site reculé laissé à l’abandon, le quartier concerné peut s’en voir stimulé. Notre petite maison de brique a contribué à l’amélioration du quartier dans lequel elle est située. Nous l’avons constaté à l’occasion de plusieurs projets de ce type : si la qualité du projet achevé va au-delà de l’ordinaire, tant en termes de conception que de savoir-faire, cette amélioration visible d’un lieu spécifique peut progressivement entraîner l’amélioration globale du secteur.


Comment le choix des matériaux influence-t-il le processus ?

Avec un matériau tel que la brique, utilisé depuis des milliers d’années, il est merveilleux de constater qu’il est constamment remis au goût du jour, dans chaque culture et à chaque période, de différentes manières. Que la brique soit utilisée à Amsterdam, à Copenhague ou à Londres, la manière dont les constructeurs locaux l’utilisent finit par avoir un impact sur la nature du bâtiment achevé.

Vous pourriez facilement construire un bâtiment en brique à l’apparence plutôt contemporaine.

Oui, la brique est polyvalente. Il s’agit d’un matériau traditionnel et contemporain qui, s’il est bien traité, peut produire une architecture spéciale qui échappe aux tendances stylistiques passagères.


Hormis cette polyvalence visuelle, existe-t-il d’autres raisons qui vous poussent à utiliser la brique ?

La brique possède de nombreuses qualités matérielles : sa richesse naturelle intrinsèque, son grain et sa texture, et son excellente résistance aux intempéries, bien supérieure à celle de nombreux matériaux de construction contemporains qui ternissent, s’altèrent et ne possèdent aucune majesté naturelle. De plus, nous avons à cœur d’utiliser des matériaux familiers à un site, en termes de couleur, de texture et de résistance aux intempéries. Il est appréciable de construire avec un matériau qui vieillira admirablement et durera longtemps. Par ailleurs, la brique oriente également les méthodes de construction et exerce sa propre influence sur les détails qui se marient pour distiller toute l’essence de son caractère.

Terca Marziale Wienerberger brick facade

Façade

Terca Marziale – Grande-Bretagne